SEO is not Dead !

Yhearrr !
Ben voilà tout est dit !

Le Seo est littéralement « Search Engine Optimisation » c’est à dire l’optimisation d’un site pour les moteurs de recherche. Parce qu’il ne suffit pas d’avoir un site internet pour être sur la toile…

Le SEO était un travail facile …

Mais ça c’était avant l’apparition d’espèce que l’on croyait en voie d’extinction…
Le Panda et le Pingouin pour être plus précis…

Depuis… Bein c’est plus pareil, le travail de SEO devient plus subtil…

En fait non. Tous les conseils et intégrité dans les « bonnes pratiques » se révèlent payantes !
Les « mauvaises » sont aussi payantes… Mais elles coûtent cher.

Voici donc le regroupement des conseils en SEO ou pourquoi pas les conseils à donner à vos concurrents ! Cela peut être plus payant !

Le contenu

Le contenu d’un article est devenu LA règle numéro 1 en matière de référencement. Le contenu n’est absoluement pas difficile à réaliser. Je vois souvent sur interrnet ou entend dans des interview SEO des personnes parler d’externaliser le contenu de leur site parce qu’ils n’ont pas le temps. C’est pour moi une grosse erreur. A part vous qui peut le mieux parler de vos produits, de vos articles, trouvailles, …
Je pense que maitriser à 100% sont contenu est essentiel. il ne faut jamais perdre à l’esprit qu’un contenu pour avoir 300, 500 ou 1000 mots ne sert à rien. Avoir du mot pour du mot ne fonctionne plus. Ce qu’il faut c’est intéresser, captiver l’attention de l’internaute et pourquoi pas essayer d’innover en terme de contenu. On peut payer 2,50$ une agence basée en Inde ou au Pakistan pour nous créer des article. Mais franchement j’ai des doutes quand à la qualité de se contenu.

Du contenu bien pensé et pertinent

Pour répondre à une problématique (on peut aussi appeler cela une requête) il faut que l’article réponde lui aussi clairement à l’ensemble de cette problématique. J’ai eu l’occasion de former ou diriger des collaborateur qui secondais mon travail en SEO. Je n’employais volontairement jamais de mot ou sémantique appliqué au SEO. Aisni on ne m’entndais jamais parler de « mot clés » de « backlinks » de « trust rank » ou autre.
Volontairement je guidais mes collaborateurs vers les bonnes questions à se poser pour répondre clairement au interrogation d’un internaute. Ecrire comme on pourrait le faire sur avec un exposé ou une conférence sur un sujet donné. Facile à dire ? Et bien se n’est pas si difficile à réaliser. Il faut simplement décortiquer le sujet, cette étape est la plus longue et demande du travail, voilà pourquoi il est difficile de confier ce travail à une personne externalisée qui n’en a rien à faire sur votre problématique, votre sujet ou le produit que vous essayez de vendre.

Créer du contenu avec un sujet qui à priori n’en suscite pas

Prenons l’exemple le plus flagrant d’une fiche produit en e-commerce. Demandez à n’importe quelle agence de création de contenu de vous écrire 300 mots sur un produit qu’ils ne connaissent pas, qu’ils n’ont jamais eu entre les mains et qu’ils n’utilisent même pas.
Vous allez me dire, « oui c’est sûr vu comme ça… » Et bien pour moi c’est la clef !
Quand je travaille avec mes collaborateurs, je leur demande de voir, toucher le produit, l’utiliser, puis ensuite détourner son utilisation. Cette pratique n’a certe pas permis d’écrire le moindre mot ou la moindre phrase sur le sujet, mais c’est une démarche à adopter avant d’écrire la première ligne. Une fois que l’on a fait cet exercice, on peut commencer à écrire. Et là les textes deviennent pertinents et complets.

L’univers sémantique

Au delà de la grande pratique du « cocon sémantique » évoqué par des grands comme Laurent Bourelly, je pense qu’il faut contextualiser complètement ses articles ou pages web. en effet, pour un e-commerce il est assez difficile de réaliser des cocons sémantiques complétements étanches, et d’autant plus si on travaille sur des « univers » assez différents, car il y a tout de même la notion de pouvoir présenter à l’internaute le panel de produits proposés. Mais je suis bien d’accord qu’il faut essayer au maximum de cloisonner son site sur des univers sémantiques proches. On ne peut être un expert en la matière aux yeux des internautes et des robots, uniquement si on expertise le  sujet. C’est pourquoi il est important de pourvoir allouer ses articles ou produits dans un univers qui va « parler » à l’internaute de cet univers. C’est tout le but de concentrer ses efforts sur un univers, qui renforcera de la page de catégorie au dernier article ou encore au plus petit produit à vendre (petit dans le sens de pas cher).

Avec ces 3 premiers points, vous détenez 70% de votre travail de référencement naturel. Comment je peut le savoir ? Car je l’ai testé, et ça marche !
Bien sûr cela fonctionne pas forcément efficacement sur un blog comme celui-ci où vous ne trouverez pas des centaines ou milliers de pages sur un sujet, mais je l’ai testé sur des blogs ou site de e-commerce bien plus conséquent.

Pas de contenu = Noindex !

Ok, en pratique vous avez un e-commerce avec 2000 références et il vous faudra du temps pour créer du contenu… Pas de soucis, prenez votre temps. tout le temps que vous passerez sur votre contenu sera vraiment payant.
Et pour le reste où le contenu qui n’est pas au rendez-vous ?
Ne le faites pas indexer par Google ! Et oui dit comme ça, ça choque. Cependant le SEO n’est pas mort, mais la mauvaise pratique du SEO, lui est mort. Il devient plus payant de ne pas faire indexer des pages de très mauvais contenu, que d’essayer de faire indexer pleins de pages parce que l’on se dit au plus mon site est gros au plus il a du contenu. C’est faux ! J’ai mis quelques années et quelques mise à jour de Google pour comprendre cela. Cela me faisait mal au coeur de devoir mettre des pages que j’avais plus ou moins mis du temps à réaliser en no-index. Et pourtant les mises à jour des algorithmes de Google m’y on petit à petit contraint. Olivier Duffez en fait d’ailleurs souvent référence dans ses articles, et sur ces audits de site, mais on a pas toujours envie de les mettre en pratique. C’est vrai, c’est un point capital, on a pas toujours envie de faire dé-sindexer plus de 200 pages de tags où on aura passé 2 semaines à les mettre en place et pourtant c’est une des clefs. Les robots sont capables d’identifier le contenu unique d’une page, enlevez le header d’un site, la colonne de gauche ou de droite qui contient le menu par exemple ou des infos supplémentaires et le footer qui se retrouvent sur toutes les pages du site. Enlevez ensuite les listes de produit par exemple ou les articles qui sont pratiquement identiques à une autre catégorie proche de votre tag et vous verrez ce qu’il vous reste… Sans compter que sur la plupart des pages tags, vous n’aurez pas travaillé la balise title, la meta description… Donc si le but c’est de simplement « grossir » le site, abandonnez tout de suite !
La balise alt de vos images fait aussi parti d’un bon contenu ou pas de vos pages ! c’est aussi capital.

La technique pour un bon site bien conçu

La technique, mais qu’est ce que la technique pour un bon site ?
La technique, c’est un bon site bien réalisé du point de vu html. Souvent les  gens qui travaillent avec moi sont toujours surpris de voir que lorsque je regarde un site internet, il me faut 2 ou 3 minutes avant de regarder le code source. J’ai souvent plaisir par ironie à dire que je parle couramment le html… C’es bien sûr un plaisanteire, mais pas tant que cela. Mes années d’expériences m’ont permis d’acquérir une bonne technique en matière de conception de site, du point de vue html ou php. Mais cela est capital. J’ai souvent vu des « pseudo-référenceurs » qui n’y connaissaient rien en programmation… C’est pour moi un des point capital. Presque autant que le contenu. J’ai eu la chance dans mon travail d’avoir à tout faire. Le café, le ménage, la programmation du site, le design et graphisme ainsi que le référencement. De ce fait je pouvait pas dire, c’est le graphiste qu’a mal fait sont travail, c’est le developpeur qui est un bourrin ou le référenceur qui n’y connait rien aux nouvelles pratique. Je ne dit pas que j’ai pas fait de conneries, sinon je n’aurai rien appris…

Respecter les standards du web et se mettre à la page

On veut faire une modification au niveau du design, le developpement entre en jeu, et le référencement permet de se poser les bonnes questions. Un site c’est un tout !
On ne ré-invente pas le web. On suit les nouvelles pratiques. Il faut aujourd’hui un site responsive, rapide et bien conçu. C’est la base d’un bon référencement. C’est tout.

Professionnalisation du web

C’est pourquoi je dirait aujourd’hui que le web s’est largement professionnalisé comparé à 15 ans auparavant lorsque j’ai commencé à travaillé sur internet. chaque corps de métier du web s’est complexifié mais doit travaillé ensemble sur un projet web. Il n’est plus possible de monter un wordpress ou un prestashop rapido en espérant faire des étincelles ou vendre des produits. Il faut se renseigner, passer beaucoup de temps et s’entourer de bonnes personnes qui savent réellement ce qu’il font. On ne peut plus passer par des pratiques faisant miroiter la lune, à coup d’achat de like, de promettre d’être premier dans google en 3 mois. c’est du vent. Comme le developpement, le référencement est une course de fond.

Les points que je n’ai pas abordé en SEO

Vous aurez constaté que volontairement je n’ai pas parlé de backlinks, de notoriété, et de réseaux sociaux. Cela fera parti d’un autre article, car pour moi ce n’est qu’un plus en terme de référencement. Ce n’est pas la base du référencement.

10 réflexions au sujet de « SEO is not Dead ! »

  1. Effectivement le SEO est devenu bien plus compliqué qu’auparavant, le référencement naturel est devenu un domaine d’expertise où l’on peut payer cash si l’on essaye de tricher, il faut donc faire un appelle à un professionnel des sites web :) !

  2. Bonjour,

    Clairement le SEO n’est pas mort, et j’ai envie de dire qu’il n’a pas tant bouger que ça, on à toujours un monopole qui tourne sur l’algo du pagerank. Panda, Penguin, ce sont juste des patch ajouté à cette brique de base pour s’adapté au black hat mais si on travail avec intelligence, aucun problème selon moi.

    La complainte du spammeur qui dit que le SEO est mort parce que son bourrinage ne marche plus est tout à fait risible !

    Mais j’ai envie de dire même le black hat n’est pas mort, il est toujours possible d’utiliser des mécanismes d’automatisation pour récupérer du backlink et faire monter un site de façon pérenne, le truc c’est qu’il faut pas juste appuyer sur le bouton spam mais concevoir des galaxie de site sur différentes plages d’ip, réfléchir au maillage et à la manière dont on automatise les liens, ça devient technique là ou le bourrinage suffisait il fut un temps.

  3. Le SEO est mort, vive le SEO ! Effectivement les bonnes pratiques demandent du temps et de la stratégie, mais on les contrôles, on ne risque pas d’être blacklisté, par contre le blackhat ça … on peut trouver une technique supper efficace en SEO, mais le jour où Google nous met la main dessus, c’e sterminé !

  4. Ce qui m’énerve personnellement, c’est que ça devient de plus en plus compliqué de vérifier ses positions… Si je prend juste Google Search Console… dans la section « analyse de la recherche », le graph affiche une information, le tableau affiche des informations différentes du graph, et quand on vérifie sur Google, il y a des infos encore différentes de celles indiqués par le graph ou le tableau de GWT…. donc à partir de là pas facile de savoir c’est quoi véritablement sa position….

    Pour donner un exemple simple, pour plusieurs mots clés GWT affiche que le site est à la premiere position et quand je vérifie sur Google je ne le vois même pas dans les 5 première page même avec une navigation privé…. :/

    Donc est-ce que le SEO est mort? je pense certainement pas! Mais c’est compliqué de faire du SEO quand on n’arrive pas vraiment à mesurer les impacts des tâches réalisées…

    • Les positions dans gwmt sont basées sur Google.com et vous je pense que vous vérifiez vos positions dans Google.fr, ce qui peux expliquer les différences. Après Gwmt est loin d’être l’outil adapté pour vérifier les positions. Regardez plutôt des sites ou outils comme ahref ou semrush ou yooda qui sont bien plus fiables.

  5. Le SEO n’est peut-être pas mort, mais effectivement il devient de plus en plus complexe, de plus en plus d’éléments sont pris en compte dans l’algorithme Google, le PR n’a plus vraiment de valeur… et surtout cette impression permanente d’investir du temps et des efforts avec une épée de damoclès au-dessus de la tête qui fait que si Google le souhaite il changera les règles quand il voudra et dans une mesure que l’on ne connait pas et peut potentiellement invalider l’ensemble du travail fourni.

  6. Pratiquant le référencement naturel au quotidien, je soutien totalement l’idée qu’il n’est pas mort …au contraire ! Cela reste le moyen le plus efficace pour apparaître sur des mots clés Google (sur le long terme). Il faut juste maintenant faire attention a réaliser du SEO propre et rédiger du contenu de qualité. Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ce site utilise KeywordLuv. Entez Votrenom@Votremotclé dans le champ Nom pour profiter de cette fonctionnalité.